Document pour l’achat d’une entreprise

Croire que tout le monde peut être réalisé dans la vie sans jamais changer de direction est une erreur. Pensez à ceux qui, après avoir entrepris une formation ou un métier, décident de changer radicalement en s’engageant dans une nouvelle voie, dans laquelle ils s’identifient davantage et qui peut donc leur permettre de réaliser leur potentiel. Ou à ceux qui, après avoir suivi un chemin conventionnel, peut-être pour se conformer aux attentes des autres (par exemple, des parents ou du conjoint), trouvent le courage de recommencer pour suivre une passion qu’ils avaient momentanément mise de côté. Ceux qui font ce type de choix, tout en pouvant compter sur l’enthousiasme lié à leur propre réalisation ou passion, sont encore soumis au stress. Il est également possible que vous rencontriez des obstacles divers, pratiques et psychologiques, que les personnes qui vous entourent ne comprennent pas ou ne partagent pas vos choix et qu’elles nourrissent des doutes et des arrière-pensées. Il faut savoir que, surtout quand on est jeune, avoir des idées claires sur ce que l’on veut faire n’est pas courant : on a relativement peu d’expérience directe de la vie et des métiers et on est facilement influencé par les opinions des personnes plus âgées. De plus, en tant qu’êtres humains, nous changeons et évoluons, donc un chemin qui pouvait nous sembler intéressant à 20 ans, peut-être qu’on ne l’aime plus à 30 ou 50 ans. Enfin, certaines personnes ont de nombreux intérêts et il leur est difficile de se sentir épanouis toute leur vie en poursuivant une seule carrière. En conclusion, le processus par lequel nous, les êtres humains, nous réalisons dans la vie et le travail est dynamique et peut impliquer non seulement de petits ajustements bien sûr, mais aussi de véritables virages et de nouveaux départs.

Découverte d’une passion.

Il arrive qu’après des années passées à exercer un métier avec succès, on se découvre une nouvelle passion, qui cache peut-être aussi un talent qu’on ne savait pas avoir. C’est un cas similaire au précédent, mais dans ce cas la découverte de sa passion est une révélation qui vient après que d’autres chemins nous aient permis d’atteindre une bonne et confortable position. Que faire ? Quitter toute la sécurité pour se lancer dans une nouvelle aventure ? Ce n’est pas un choix fait à la légère, même si l’attirance pour la nouvelle passion et peut-être la découverte d’un talent inattendu aident.

Désir d’être toujours sur la crête de la vague.

Quelqu’un choisit de passer d’une carrière à une autre pour toujours rester sur la crête de la vague (On dit « surfer avec une carrière. »), typiquement lorsqu’il exerce un métier qui ne permet pas de longs séjours au sommet. Pour cela, il faut être très doué pour « trouver la prochaine vague » et s’y lancer au bon moment. Quelqu’un est dédié à ce surf parce qu’il veut quitter la scène au moment du triomphe maximum, lorsque la carrière atteint son apogée, pour éviter la phase de déclin. C’est un choix et on parle généralement de cas privilégiés, mais ce n’est pas une décision anodine, car elle comporte un risque : la nouvelle carrière ne sera pas forcément aussi chanceuse que la première ni la nouvelle vie aussi enrichissante. Bien sûr, si vous recommencez dans ces circonstances, vous pouvez compter sur des niveaux très élevés d’estime de soi, d’énergie et d’optimisme et sur la motivation des succès antérieurs. Souvent, ces cas se produisent dans le sport et le divertissement, mais je les ai également vus dans d’autres domaines où les carrières sont globales. Recommencer, dans ces cas, nous oblige à reconstruire une identité distincte de la précédente que tout le monde reconnaît et admire, ce qui n’est pas gagné d’avance. Pensez aux pilotes de Formule 1, aux joueurs de tennis et aux footballeurs qui recommencent en tant qu’entrepreneurs ou entraîneurs. Où penser aux cadres supérieurs qui décident de devenir viticulteurs ou apiculteurs, sans attendre d’être jubilés.

Volonté de continuer à travailler après la retraite.

Tout le monde ne rêve pas de retraite passée au bowling, sur les golfs ou avec les petits-enfants, du moins pas 24h/24. Surtout, à l’ère de la longévité, beaucoup d’entre nous ne veulent pas arrêter complètement de travailler. Parfois, la solution est simplement de continuer à faire, peut-être avec moins de responsabilités directes et des heures plus courtes, ce qui était fait auparavant. D’autres fois, lorsque cette option n’est pas possible ou n’est pas celle que vous souhaitez, vous devez recommencer. Par exemple, si vous souhaitez exercer une activité utile à l’entreprise pour laisser un héritage positif. Si vous travailliez dans le privé, aider une école, des malades, un musée ou un groupe d’artistes demande un nouveau départ, car ce sont des mondes différents de ceux que vous connaissez et dans lesquels vous êtes accrédité. Pour plus des informations, découvrez le guide complet pour tout savoir sur le    note de frais kilométrique   en entreprise.

Ermengardi Roussel

A propos Ermengardi Roussel

Laisser un commentaire